CULTIVOS RENTABLES Y EN ALZA: CALÉNDULA

 In agriculture, agronomie, Articles

Aujourd’hui, même si les plantes médicinales ont toujours suscité un grand intérêt et ont toujours été très appréciées, il s’agit d’un secteur en pleine expansion, notamment en ce qui concerne les cosmétiques naturels et les produits d’hygiène quotidienne, qui sont en plein essor. Bien que des espèces telles que le souci, auquel cette publication est consacrée en raison de son large spectre d’actions pharmacologiques, puissent être trouvées à l’état sauvage dans différentes régions de la péninsule, afin de répondre à la demande croissante de ce type de produit, il est devenu essentiel de recourir à l’implantation de cultures, augmentant ainsi les niveaux de production sans compromettre la continuité des populations naturelles dans les différents écosystèmes. Le marché évoluant vers la recherche de produits naturels pour remplacer certains composés chimiques, la rentabilité de ces cultures peut être garantie à long terme. Au sein des exploitations, différents modèles peuvent être envisagés, selon que la plante est destinée à être vendue fraîche ou qu’un système de séchage doit être mis en place, et peuvent même disposer des machines nécessaires à l’obtention de l’huile essentielle, qui présente un plus grand intérêt.

  • Caractéristiques générales

Le calendula (Calendula officinalis) est une plante herbacée aromatique, appartenant à la famille des composées, annuelle à vivace, plus ou moins velue et ligneuse uniquement dans les zones basales. La tige, d’une hauteur de 20 à 50 cm, est érigée, diffuse ou procombante et ramifiée. Comme sa hauteur n’est pas très élevée, il n’est pas nécessaire de limiter son développement vertical comme c’est le cas pour d’autres espèces telles que le houblon, sur lequel on peut trouver un billet de blog. Au début de son développement, la plante est constituée d’une rosette basale de feuilles, puis elle développe progressivement des tiges anguleuses, pubescentes, ramifiées à partir de la base, avec des feuilles au sommet. Les feuilles sont alternes, simples, légèrement dentées, lancéolées et velues, de couleur vert foncé.

Le système racinaire comporte des racines fusiformes, également appelées racines pivotantes, qui poussent verticalement et à partir desquelles d’autres racines, les racines secondaires, peuvent germer latéralement. La racine principale est responsable du maintien d’un bon ancrage dans le sol et son extension est déterminée par des facteurs environnementaux, comme la sécheresse, qui favorise son développement dans la recherche de sources d’eau pouvant répondre aux besoins de la plante. De même, leur taille est également conditionnée par la taille de la plante elle-même, de sorte que leur longueur est au moins égale à la hauteur de la partie aérienne. Le principal problème se pose au moment de la transplantation, car lorsque la plante est retirée, elle peut être endommagée, ce qui peut avoir de graves conséquences sur sa croissance ultérieure, une fois qu’elle est établie dans le sol de culture. En bref, c’est un système capable d’atteindre une grande profondeur, assurant ainsi l’absorption des nutriments et de l’eau, en étant capable d’explorer les différents horizons du sol.

Les fleurs sont groupées en inflorescences en capitules d’environ 3 à 5 cm de large, de couleur jaune ou orange, ce qui les rend très voyantes. Ils sont ligulés, ce qui signifie qu’ils sont de petite taille, hermaphrodites, fonctionnellement unisexués ou stériles (parfois) et zygomorphes, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas symétriques. Selon la variété, on peut distinguer les doubles et les simples. Elles restent ouvertes pendant la journée et se ferment au crépuscule. C’est la partie la plus importante, car c’est là que se trouvent les huiles essentielles et d’autres composants chimiques importants, comme l’acide salicylique, l’acide phénolique, les flavonoïdes, les caroténoïdes, les tanins et un principe amer appelé calenduline, entre autres.

Le fruit est un akène courbé, dont le dos peut présenter des ailes ou des épis membraneux, alternant avec des cymbriformes plus courts. La définition de l’akène n’est pas strictement correcte dans ce cas, et est donc un sujet très controversé, puisqu’ils sont issus d’un ovaire bicarpellaire, et non d’un ovaire monocarpellaire, comme le terme l’indique.

  • Conditions environnementales

Tout d’abord, en ce qui concerne la température, il convient de mentionner qu’il s’agit d’une espèce qui a besoin de chaleur pour se développer de manière optimale, préférant les zones à climat chaud ou tempéré, où la production de fleurs est beaucoup plus élevée. Le point le plus critique dans le développement de la plante est la germination, qui nécessite des températures entre 16 et 18ºC. Pour cette raison, le semis direct doit être effectué au début du printemps, et il est possible de préparer les semis, qui passeront l’hiver protégés dans une serre, en évitant les dommages causés par le froid. Cependant, il faut garder à l’esprit que la transplantation peut être problématique, en raison du type de système racinaire qu’il possède. Malgré cela, il peut tolérer des températures basses et même de légères gelées, grâce à sa rusticité. Elle a également besoin d’un certain degré d’exposition au soleil, et peut pousser dans des zones semi-ombragées, bien qu’un emplacement ensoleillé signifie une augmentation du nombre de fleurs, qui sont l’élément le plus important de la plante, car c’est la partie qui est commercialisée. Par conséquent, les sols orientés nord-sud sont recommandés.

En ce qui concerne les précipitations, elle a une bonne résistance à la sécheresse, ses besoins en eau ne sont donc pas très élevés, sauf à des moments précis, comme la germination, pendant lesquels, en l’absence de précipitations, il est nécessaire d’irriguer quotidiennement. Une fois cette étape terminée, l’arrosage peut être espacé de 2 à 3 fois par semaine. Les fleurs sont très sensibles à l’humidité et lorsqu’il pleut après la floraison, les fleurs se ferment, comme cela se produit au crépuscule.

En ce qui concerne le type de sol, il peut être établi sur tout type de substrat, à condition qu’il contienne des niveaux élevés de matière organique, qui peuvent être fournis par l’agriculteur avant le semis. Comme il s’agit d’une espèce qui ne supporte pas l’engorgement qui, en plus de provoquer une asphyxie des racines, favorise la prolifération d’organismes pathogènes, il est essentiel que le sol soit bien drainé.

  • Gestion

Le choix du système à mettre en œuvre dépend du bilan hydrique des plantes, lui-même lié à des facteurs tels que le climat, la température de l’air, l’ensoleillement, l’humidité relative, l’âge des plantes et le type de sol, entre autres. En bref, si la plante a besoin de plus d’eau qu’elle ne peut en trouver dans le sol, il faut mettre en place un système d’irrigation. Étant donné qu’il est essentiel d’éviter l’engorgement continu du sol pour éviter l’asphyxie des racines, ainsi que l’augmentation de l’incidence de certaines pathologies, les systèmes d’irrigation les plus recommandés sont le goutte-à-goutte ou la micro-aspersion, qui permettent d’économiser l’eau, car elle est utilisée plus efficacement. Ils réduisent également l’apparition d’espèces adventices dans les allées entre les plantes, car il s’agit d’un système d’irrigation localisé. Outre l’irrigation pluviale et l’irrigation irriguée, il existe un autre modèle qui est l’irrigation déficitaire, dans lequel l’eau est fournie de manière plus stratégique, en fonction de la phénologie de la culture, mais toujours avec des quantités supérieures à 1 000 m3/ha/an. L’objectif de cette technique est d’assurer un haut niveau de production avec une consommation d’eau inférieure à celle des systèmes d’irrigation traditionnels. Les applications d’irrigation doivent être effectuées plus régulièrement à des moments clés, comme la germination, après quoi elles peuvent être espacées dans le temps.

Une fois que le modèle à mettre en œuvre a été décidé, il faut concevoir le cadre de plantation, qui est un point décisif, car il aura une grande influence sur le développement correct des plantes. Le cadre présente généralement un espacement de 45 cm entre les rangs et de 35-45 cm entre les plantes d’un même rang, soit une densité de 63 200 plantes par ha. Ces espacements peuvent être réduits, à condition que le développement de la plante ne soit à aucun moment compromis par la concurrence avec d’autres plantes pour les ressources.

  • Élagage

La taille est réalisée avec deux objectifs principaux, qui sont de maintenir un développement harmonieux et équilibré, en assurant une incidence uniforme de la lumière solaire sur toutes les parties ; et de garantir un équilibre entre les niveaux de production et le développement correct du reste de la plante, ainsi que par rapport à la qualité du fruit. Dans le cas des soucis, une seule taille est effectuée, en plus de la taille de renouvellement dans des cas exceptionnels, au cours de laquelle les branches les plus anciennes et les plus flétries sont supprimées, favorisant l’émergence de nouvelles branches. La taille de rénovation, qui s’effectue sur des espèces bisannuelles ou vivaces, comme son nom l’indique, est celle qui consiste à couper la majeure partie de la plante lorsqu’elle est très âgée ou qu’elle souffre d’une pathologie grave. Il n’est pas conseillé de le faire de manière radicale, car cela pourrait provoquer du stress.

  • Ravageurs et maladies

La piéride du chou (Mamestra brassicae) : bien que son nom commun puisse être trompeur, il s’agit d’un ravageur connu pour les dégâts importants qu’il cause à une grande variété d’espèces végétales, dont le souci. La pyrale a également une large répartition géographique. Lorsque les conditions sont plus favorables, il est possible que deux ou trois générations se produisent en une seule année. En revanche, dans les régions au climat moins favorable, elle peut être limitée à une seule. Pendant l’hiver, il y a une pause dans le cycle, dont la durée est très variable, de 2 à 6 mois. Les chenilles sortent des œufs et passent par 6 stades de développement différents avant d’atteindre le stade adulte. Les papillons de nuit émergent au cours des mois de mai et juin de leurs chrysalides dans le sol. Les larves se nourrissent des feuilles, laissant des résidus à leur surface, ce qui dévalorise la valeur commerciale de la plante. Elle favorise également la transmission d’autres pathologies.

Pucerons (genre Aphis) : classés comme l’un des principaux ravageurs, car ils affectent un large éventail de cultures. Leur morphologie n’est pas très variée, mais leur coloration est plus diversifiée, notamment jaunâtre, verdâtre et noire. Bien que leur nom commun soit similaire à celui des puces, elles ne sont pas taxonomiquement apparentées. Dans le cas des soucis, ils causent différents types de dommages, car d’une part ce sont des insectes suceurs, c’est-à-dire qu’ils sont capables d’extraire les nutriments de la plante, et d’autre part ils peuvent modifier l’équilibre des hormones de croissance. Il en résulte un affaiblissement complet de l’usine, qui est associé à une réduction des niveaux de production finale. En outre, l’un des principaux problèmes est qu’ils servent de vecteurs pour la transmission de différentes pathologies causées par des virus. Ces maladies produisent une série de changements physiologiques et biochimiques dans la plante.

Marbrure des feuilles (Entyloma calendulae) : pathologie causée par un champignon pathogène basidiomycète qui forme des taches rondes, souvent légèrement gonflées, dont la couleur évolue des tons verdâtres aux tons brunâtres pour finalement devenir brune. L’apparition de ces taches réduit la surface de la feuille exposée au soleil, ce qui entraîne une diminution de la photosynthèse et, par conséquent, une réduction du développement de la plante. Cela entraîne des pertes économiques. La germination des spores entraîne la formation de basides, qui donnent ensuite naissance à des hyphes après le processus de conjugaison.

Oïdium (Erysiphe spp.) : également appelé blanquilla ou cenicilla, en raison des symptômes qui caractérisent son apparition. Il s’agit d’une maladie cryptogamique, c’est-à-dire une maladie produite par un champignon ou un autre organisme filamenteux parasite. La germination des conidies se produit à des moments où les températures sont modérées, autour de 21 °C avec des niveaux d’humidité relative élevés. Cela signifie que les points les plus à risque sont les mois d’été après l’irrigation ou les jours d’orage. En fin de cycle de culture, c’est dans les tissus les plus atteints que le champignon se reproduit sexuellement en formant des asques, qui sont les organes de conservation. Le symptôme le plus courant est celui de petites taches blanchâtres circulaires, recouvertes d’une poudre argentée, qui apparaissent sur les feuilles, les pousses, les tiges et les cônes, au fur et à mesure que la pathologie se propage dans la structure de la plante, donnant un aspect farineux ou cotonneux, formé par le mycélium et les conidies. Il provoque une réduction de la chlorophylle dans les feuilles, ce qui entraîne une diminution des rendements et de la qualité des cultures.
Pourriture grise ou botrytis (Botrytis cinerea) : une espèce de champignon qui est plus répandue au printemps, coïncidant avec une augmentation des précipitations et des températures. Si les conditions ne sont pas optimales pour son développement, il reste sous forme de sclérotes dans les restes de la taille. Pendant l’hiver, il peut survivre en tant que saprophyte à la surface du sol ou sur la matière organique morte. Il est transmis par l’eau et le vent pendant la floraison et au moment de la récolte. C’est pourquoi on peut établir qu’il affecte principalement les grappes de fleurs et les fruits, qu’il recouvre de masses denses de poussière grisâtre provenant des spores, leur donnant un aspect comme s’ils étaient momifiés. Les parties plus anciennes de la plante ne sont généralement pas touchées. Les symptômes se manifestent par un flétrissement de l’extrémité des plus jeunes pousses, qui prennent une coloration sombre, pouvant même recouvrir l’ensemble de la branche. Les fleurs atteintes restent longtemps sur la plante.

Recent Posts
Établissement et développement des cultures de houblon
Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.