CULTURES RENTABLES ET EN CROISSANCE : MYRTILLES

 In agriculture, agronomie, Articles

Bien que les fruits sauvages aient toujours été appréciés par l’homme, ce n’est que ces dernières années que l’intérêt pour ces produits a commencé à renaître, en raison de leur origine naturelle. Cependant, afin de faire face à la demande croissante du marché, la culture a commencé à être mise en place, augmentant ainsi les niveaux de production, jusqu’ici obtenus uniquement à partir de plantes sauvages. Les États-Unis sont le plus grand producteur, consommateur, exportateur et importateur, avec le Canada, bien que la production canadienne provienne principalement de la nature. À elles deux, elles représentent 90 % de la surface totale de production. L’Espagne est l’un des principaux producteurs européens. Comme pour les autres cultures expliquées ci-dessus, il est nécessaire de garder à l’esprit que le marché fluctue dans le temps. Dans ce cas, la rentabilité élevée de cette culture est garantie à court terme, puisqu’elle est actuellement à la mode, mais cette situation pourrait subir des changements.

  • Caractéristiques générales

Les myrtilles sont les fruits obtenus à partir d’une série de plantes arbustives et rarement arborescentes, qui sont regroupées dans le genre Vaccinium. Une classification peut être faite entre les espèces dont les fruits sont exploités à l’état sauvage et celles qui sont plus exploitées agronomiquement. Les premiers comprennent V. myrtillus (myrtille européenne), V. macrocarpon (canneberge américaine) et V. angustifolium (myrtille basse), tandis que le second groupe comprend V. corymbosum (myrtille) et V. ashei (myrtille œil de lapin). Certaines espèces de canneberges font partie du sous-genre Oxycoccus, dont la classification taxonomique est discutée, certains botanistes considérant qu’il s’agit d’un genre indépendant, comme c’est le cas de la canneberge américaine (V. macrocarpon), dont les propriétés en matière de traitement et de prévention des infections urinaires sont actuellement largement étudiées.

Cette publication est consacrée à ceux qui présentent un intérêt pour l’agriculture, c’est-à-dire ceux qui appartiennent au deuxième groupe. La myrtille (V. corymbosum) est originaire d’Amérique du Nord et de l’est du Canada, bien qu’elle soit naturalisée dans d’autres régions du globe. Comme son nom l’indique (highbush), il s’agit d’une espèce de grande taille, qui peut atteindre une hauteur de 2,5 m, même si, en règle générale, il est recommandé de ne pas dépasser 2 m, ce qui facilite les tâches à réaliser, comme la récolte, les méthodes de contrôle des différents ravageurs et pathologies qui peuvent affecter la culture et la taille. V. ashei est une espèce originaire du sud-est des Etats-Unis d’Amérique, dont la hauteur peut dépasser 4 m, ce qui est limité en agriculture car peu pratique. Bien qu’il existe certaines différences botaniques entre les deux espèces, notamment en termes d’habitat. En termes de morphologie, ils sont très similaires, donc pour cette description morphologique générale, nous nous référerons aux caractéristiques de V. corymbosum.

Le système racinaire est superficiel, ce qui signifie qu’environ 80 % des racines sont réparties dans les 40 premiers centimètres du sol. L’un des traits les plus caractéristiques des racines fines et fibreuses est qu’elles sont dépourvues de poils absorbants, ce qui entrave l’absorption de l’eau, laquelle, en période de pénurie, peut compromettre le développement optimal de la plante. Malgré cela, il faut garder à l’esprit qu’ils sont très vulnérables à l’engorgement, qui est lié à l’asphyxie des racines. Entre les racines et la partie aérienne se trouve la couronne, qui est chargée de produire des pousses qui assurent le renouvellement continu de la partie aérienne. Il est très courant de trouver des plantes mycorhizées, c’est-à-dire formant des associations mutualistes avec certains champignons du sol.

Le nombre de boutons floraux que l’on peut trouver sur une seule branche dépend de l’épaisseur de la branche, du cultivar, des techniques de culture et de l’influence des régulateurs de croissance. Les fleurs, qui peuvent être classées comme axillaires ou terminales, sont regroupées en grappes.

Le fruit est une fausse baie sphérique, dont la teneur en graines varie selon la taille du fruit. Au fur et à mesure du processus de maturation, sa couleur change et l’épiderme se couvre de sécrétions cireuses. Au niveau commercial, il existe deux caractéristiques de grande valeur : la cicatrice qui reste dans la partie supérieure lorsqu’elle se sépare de la tige, qui doit être petite et sèche, rendant difficile l’entrée des agents pathogènes ; et la fermeté.

  • Conditions environnementales

Il existe une série de critères qui déterminent le choix de la variété lors du démarrage d’une nouvelle culture, à savoir les conditions climatiques, la période de maturation, la destination du fruit, la résistance du fruit à la manipulation, le type de récolte et la résistance aux parasites et aux maladies, entre autres. De tous ces éléments, le plus important est lié aux conditions climatiques, plus précisément à l’exigence d’heures de froid, de sorte que les plantes doivent être soumises à des températures basses pendant un certain temps afin de rompre la période de repos, dont la durée dépend de la variété. V. corymbosum est considéré comme une espèce ayant des besoins élevés en froid et peut tolérer des hivers extrêmes. En conséquence, il a une floraison et une maturation des fruits très concentrées. V. ashei a des exigences plus faibles, c’est-à-dire qu’il convient mieux aux régions où les hivers sont plus doux et les étés plus longs, qui peuvent être ou non plus chauds. Il existe également des variétés qui ne nécessitent pas un certain nombre d’heures de réfrigération.

Comme décrit ci-dessus, les caractéristiques du système racinaire le rendent très vulnérable à la fois à la sécheresse et à l’engorgement. La situation optimale pour son développement est le maintien continu d’un certain degré d’humidité dans les premiers centimètres du sol, qui n’occupe pas tous les pores afin de garantir l’entrée de l’oxygène. S’il y a un déficit hydrique aux moments clés, la productivité peut être sérieusement affectée. De même, des précipitations supérieures à 75 mm pendant la période de floraison peuvent entraîner une baisse massive du nombre de bourgeons.

L’un des facteurs les plus importants à prendre en compte est le vent, qui entraîne la chute des fruits et l’apparition de rayures sur leur surface, ce qui diminue leur qualité commerciale, et peut également nuire à la croissance des plantes plus petites.

En ce qui concerne le sol, elle a une série d’exigences plus spécifiques que les autres cultures fruitières, dont certaines sont très déterminantes, comme le pH. À partir de valeurs de pH supérieures à 5,8, les niveaux de production sont fortement compromis, la valeur idéale se situant entre 4,5 et 5,5. Comme les racines sont peu profondes et que la rétention d’humidité est nécessaire ainsi qu’un bon drainage, avec une très bonne oxygénation, il est établi que des sols à texture très légère sont requis, c’est-à-dire des sols sableux ou des loams sableux. La teneur en limon doit être faible et le pourcentage d’argile doit toujours être inférieur à 20 %. Il a également besoin d’un niveau élevé de matière organique.

  • Gestion

Le choix du système à utiliser (irrigué ou pluvial) dépend du bilan hydrique des plantes, lui-même lié à des facteurs tels que le climat, la température de l’air, l’ensoleillement, l’humidité relative, l’âge des plantes et le type de sol, entre autres. En bref, si la plante a besoin de plus d’eau qu’elle ne peut en trouver dans le sol, il faut mettre en place un système d’irrigation. Étant donné qu’il est essentiel d’éviter l’engorgement continu du sol pour éviter l’asphyxie des racines, ainsi que l’augmentation de l’incidence de certaines pathologies, les systèmes d’irrigation les plus recommandés sont le goutte-à-goutte ou la micro-aspersion, qui permettent d’économiser l’eau, car elle est utilisée plus efficacement. Ils réduisent également l’apparition d’espèces adventices dans les allées entre les plantes, car il s’agit d’un système d’irrigation localisé. Les applications d’irrigation doivent donc être effectuées de manière à ce que les premiers 15-30 cm du sol soient toujours maintenus avec un certain degré d’humidité, là où se trouvent la plupart des racines. À des moments critiques comme l’épaississement et la maturation dans les plantations adultes et le début de l’induction florale ou de la formation des boutons floraux, la sécheresse peut avoir de graves conséquences.

Une fois que le modèle à mettre en œuvre a été décidé, il faut concevoir le cadre de plantation, un point décisif, car il aura une grande influence sur le développement correct des plantes. Dans les petites exploitations où l’utilisation de machines agricoles n’est pas indispensable, l’espacement de plantation peut être de 0,60-1 m entre les plantes et de 2-2,5 m entre les rangs. Dans le cas de cultures plus importantes, l’espace entre les rangs doit être d’au moins 3-3,5 m. Ces espacements peuvent être réduits, à condition que le développement de la plante ne soit à aucun moment compromis par la concurrence d’une autre plante pour les ressources.

  • Élagage

La taille est réalisée avec deux objectifs principaux : maintenir un développement harmonieux et équilibré de la canopée, en assurant une incidence uniforme de la lumière solaire sur toutes les parties ; et garantir un équilibre entre les niveaux de production et le développement correct du reste de l’arbre, ainsi que par rapport à la qualité des fruits. Dans cette culture, on peut faire une classification entre la taille de formation, la taille de fructification et la taille en vert. La taille de formation est celle qui est effectuée dans les premiers stades de la croissance, en déterminant la forme souhaitée de la plante, c’est-à-dire qu’elle aide à définir la structure finale de la plante. Il cherche également à favoriser la croissance du système racinaire, équilibrant ainsi la croissance de sa partie aérienne, en éliminant les fleurs que la plante a déjà développées en pépinière. Les myrtilles ont la particularité d’arrêter la croissance des racines pendant le processus de floraison, c’est pourquoi la taille est essentielle pour assurer le développement du système racinaire dans les premiers stades. A partir de la troisième année de plantation, commence la taille de fructification ou de production qui, comme son nom l’indique, vise à améliorer les niveaux de production en éliminant les branches âgées, endommagées ou insuffisamment productives et en les remplaçant par des branches plus jeunes. Enfin, la taille en vert, qui s’effectue tout au long de la période de développement végétatif avec des objectifs différents, comme le contrôle de la taille des pousses vigoureuses ou la régulation du nombre excessif de boutons floraux plus ou moins avancés et même de fruits de petit diamètre.

  • Ravageurs et maladies

Cacoecia (Cacoecimorpha pronubana Húber) : espèce de lépidoptère très polyphage dont les adultes ont des ailes brun rougeâtre, avec une série de taches plus foncées qui forment un V lorsqu’elles sont pliées. Il existe un dimorphisme sexuel, les femelles étant plus grandes et de couleur plus claire. De même, les femelles ont une capacité de vol limitée, couvrant de très courtes distances, contrairement aux mâles, qui sont de bons volants et restent actifs pendant la journée. Les œufs, de couleur verdâtre et de forme ovale, sont pondus de manière concentrée. Entre 2 et 6 générations peuvent se produire chaque année. Les larves gris-vert avec des pinnules jaunâtres causent des dommages aux plantes. Ils provoquent la déformation des feuilles et le rétrécissement du feuillage, ce qui entraîne une diminution du taux de photosynthèse, affectant ainsi la croissance et le développement normaux des cultures. Les fleurs et les fruits peuvent également être touchés, mais dans une moindre mesure. Les restes de fils de soie laissés dans les refuges et les fientes ou les exuvies laissées après la mue entraînent une dépréciation de la qualité marchande des fruits.

Cochenilles (Aspidiotus sp., Planococcus citri, Coccus hesperidium, Pulvinaria sp., Lepidosaphes ulmi et Icerya purchasi) : hémiptères qui, à l’état adulte, possèdent une coquille caractéristique servant de mécanisme de protection et appelée bouclier. En règle générale, ils sont assez mobiles sur la culture, bien que certains stades juvéniles aient des pattes avec lesquelles ils peuvent se déplacer vers différentes parties de la plante. Pendant l’hiver, ils se réfugient dans le sol, et au printemps, ils retournent sur les branches et les feuilles. Comme ce sont des insectes piqueurs, ils se nourrissent de la sève qu’ils sucent à différents niveaux. Ils peuvent provoquer le jaunissement des feuilles et la chute prématurée des fruits. Ils sécrètent du miellat qui favorise les attaques de la moisissure noire, qui forme une couche noire sur les feuilles, semblable à de la suie, qui entrave l’incidence de la lumière solaire, réduisant ainsi l’activité photosynthétique.

Charançon du sol (genre Otiorhynchus) : genre comprenant différentes espèces de coléoptères qui, au stade larvaire, s’attaquent aux racines et au collet des plantes, surtout celles qui ne sont pas très développées. Parmi ceux-ci, Brachyrhinus sulcatus F. Les adultes ont des écailles brun foncé et grises sur leur surface, tandis que les larves sont blanchâtres avec une tête brune. La forme des larves est très caractéristique, car elles sont incurvées en forme de C. On les trouve d’abord dans les racines, aux stades les plus précoces, puis ils passent aux feuilles, où ils se nourrissent en grignotant les bords. C’est sur les feuilles que les œufs sont pondus, initiant ainsi un nouveau cycle.

Prodiplose (Prodiplosis vaccinii Felt.) : insecte diptère dont les larves ont une coloration blanchâtre dans les premiers stades, qui passe progressivement à des tons plus orangés et jaunâtres, juste avant l’émergence de l’adulte. Pendant ces premiers stades, ils se trouvent à l’intérieur des pousses végétatives, où ils se nourrissent. Cela entraîne le noircissement et la mort des apex des plus jeunes pousses. Si l’infestation atteint des niveaux très élevés, les bourgeons floraux fermés peuvent être endommagés, entraînant une perte de fruits, avec les pertes économiques associées. Une déformation des feuilles peut également être observée sur les jeunes feuilles. Il est parfois possible de confondre les symptômes de ce ravageur avec ceux causés par un manque d’irrigation ou des attaques fongiques. La présence de l’insecte adulte a été détectée de la fin du printemps à la fin de l’été.

Pucerons (Myzus persicae Sulzer et Aphis gossypii Glover) : classés parmi les principaux ravageurs, car ils affectent un large éventail de cultures. Leur morphologie n’est pas très variée, mais leur coloration est plus diversifiée, notamment jaunâtre, verdâtre et noire. Bien que leur nom commun soit similaire à celui des puces, elles ne sont pas taxonomiquement apparentées. Dans le cas des myrtilles, ils causent des dommages différents, car d’une part ce sont des insectes suceurs, c’est-à-dire qu’ils sont capables d’extraire les nutriments de la plante ; d’autre part, ils peuvent modifier l’équilibre existant entre les hormones de croissance. Il en résulte un affaiblissement complet de l’usine, qui est associé à une réduction des niveaux de production finale. En outre, l’un des principaux problèmes est qu’ils servent de vecteurs pour la transmission de différentes pathologies causées par des virus. Ces maladies produisent une série de changements physiologiques et biochimiques dans la plante.

Anthracnose (Colletotrichum sp.) : champignon pathogène, qui peut affecter les branches, les feuilles, les fleurs et les fruits. Les dommages les plus graves se produisent sur le fruit, allant jusqu’à provoquer sa chute, en formant des taches sombres d’aspect irrégulier sur sa surface, qui peuvent s’unir pour former une seule tache couvrant la totalité du fruit. Des spores de couleur orange apparaissent également autour d’eux. Des infections latentes peuvent se produire sur les fruits mûrs, qui deviennent apparentes pendant le stockage, bien que l’infection se produise pendant la floraison. Des taches brunâtres de forme ovale ou irrégulière apparaissent sur les feuilles, situées à l’apex, au bord ou au centre. Avec le temps, celles-ci peuvent augmenter de taille, donnant lieu à des zones nécrotiques allongées. Dans le cas des branches, des zones nécrotiques commencent à apparaître à l’apex des jeunes pousses, qui finissent par se dessécher. Il est possible que les plantes se dessèchent complètement. Enfin, sur les fleurs, elle se manifeste sous la forme de taches sombres de plus en plus grandes, qui peuvent finir par les faire sécher et tomber.

Monilia (Monilia sp.) : il s’agit de l’une des maladies les plus courantes des myrtilles, produite par un champignon pathogène, qui peut provoquer de graves pertes dans la récolte, qui peuvent atteindre jusqu’à 100%, selon la variété, c’est-à-dire qu’elle provoque des pertes économiques très importantes. Elle affecte les pousses, les feuilles, les fleurs et les fruits et son infection peut durer jusqu’à la récolte de l’année suivante. Les premiers symptômes sont visibles sur les feuilles, qui se flétrissent. Les nouveaux qui commencent à germer ont une teinte rosée qui évolue vers des tons brunâtres. En cas d’infections très graves, les feuilles et les pousses développées tombent au printemps. Les dommages aux fruits ne sont pas clairement visibles jusqu’à la maturité, lorsqu’ils deviennent crème ou roses, et peuvent prendre des tons rougeâtres ou brunâtres. Ils peuvent également gonfler, puis se ratatiner et tomber au sol.

Phytophthora (Phytophthora spp.) : genre comprenant diverses espèces, toutes oomycètes, qui provoquent le flétrissement et peuvent rester dans le sol pendant plusieurs années en l’absence d’hôte, surtout dans les couches supérieures, sur des substrats organiques tels que les débris végétaux et l’humus. Les facteurs les plus favorables à son développement sont les températures élevées et un excès d’eau. En hiver, on le trouve dans les racines, tubercules et bulbes infectés ou dans le sol, sous différentes formes. Il est transmis par le vent et la pluie, qui le font tomber sur le sol, où il se propage. Il pénètre dans l’hôte à partir de blessures de surface non protégées ou d’ouvertures naturelles. La pourriture des racines qu’elle provoque peut entraîner la mort soudaine de la plante ou, au contraire, se manifester comme une maladie lente et progressive, caractérisée par une croissance faible et un jaunissement de la surface des feuilles, pouvant aller jusqu’à la nécrose du bord des feuilles et la chute des feuilles dans les zones basales.

Alternaria (Alternaria sp.) : champignon ascomycète classé comme l’une des principales causes de pourriture des myrtilles en agriculture. Pendant l’hiver, on le trouve sous forme de mycélium et de spores sur les fruits ainsi que sur les pousses séchées de la saison précédente ou sur les débris végétaux. Les infections, contrairement à d’autres pathologies, peuvent survenir à n’importe quel moment entre la fin de la floraison et la maturation du fruit et se développer à travers la cicatrice du fruit, restant latentes jusqu’à ce que le fruit atteigne sa maturité, ce qui explique que les symptômes peuvent ne pas être observés à la ferme, se développant pendant le stockage après récolte. Porté par le vent. Contrairement à l’anthracnose, les lésions enfoncées et infectées sont recouvertes d’une masse de spores vert foncé. De petites taches brunâtres peuvent apparaître sur les feuilles, dont l’évolution entraîne la nécrose progressive du limbe de la feuille.

Septoria (Septoria sp.) : champignon pathogène, dont l’infection et le développement de la maladie commencent pendant les périodes d’humidité relative élevée et de températures comprises entre 20 et 25 ºC, lorsque les conidies jaillissent des pycnides. Par la suite, la maladie se propage par le vent, les éclaboussures causées par la pluie ou l’eau d’irrigation. Les vêtements et les outils des travailleurs sont également un vecteur possible de transmission. Les premiers symptômes apparaissent sur les feuilles, tant sur la face supérieure que sur la face inférieure, où ils provoquent des taches circulaires de diamètre variable, de couleur claire à l’intérieur avec des bords brun rougeâtre, qui portent les structures sporulantes (pycnides). Elle progresse ensuite vers les branches les plus jeunes où des lésions enfoncées, également circulaires et de même couleur, sont visibles. Il peut même y avoir une défoliation totale de la plante. Pendant les périodes où les conditions ne sont pas les plus propices à son développement, il reste sur les restes des feuilles infectées et dans les lésions sur les tiges.

Pourriture grise ou botrytis (Botrytis cinerea) : une espèce de champignon qui est plus répandue au printemps, coïncidant avec une augmentation des précipitations et des températures plus élevées. Si les conditions ne sont pas optimales pour son développement, il reste sous forme de sclérotes dans les restes de la taille. Pendant l’hiver, il peut survivre en tant que saprophyte à la surface du sol ou sur la matière organique morte. Il est transmis par l’eau et le vent pendant la floraison et au moment de la récolte. C’est pourquoi on peut établir qu’il affecte principalement les grappes de fleurs et les fruits, qu’il recouvre de masses denses de poussière grisâtre provenant des spores, leur donnant un aspect comme s’ils étaient momifiés. Les parties plus anciennes de la plante ne sont généralement pas touchées. Les symptômes se manifestent par un flétrissement de l’extrémité des plus jeunes pousses, qui prennent une coloration sombre, pouvant même recouvrir l’ensemble de la branche. Les fleurs atteintes restent longtemps sur la plante.

Recent Posts
Établissement et développement des cultures de bleuetsÉtablissement et développement des cultures de houblon
Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.