CULTURES RENTABLES ET CROISSANTES : MANGUE

 In agriculture, agronomie

Il y a quelques années encore, il semblait pratiquement impensable de trouver des mangues dans les magasins et les grands magasins, mais aujourd’hui, c’est l’un des fruits exotiques les plus demandés sur le marché mondial. Bien que l’on pense généralement qu’il s’agit d’un arbre des tropiques américains, du fait que ce sont les régions d’où il est le plus exporté, il s’agit en fait d’une espèce d’Asie. Sa culture en Espagne se fait principalement dans différentes régions d’Andalousie et dans les îles Canaries. On peut dire qu’il s’agit d’une culture très rentable avec un marché qui s’est consolidé au fil du temps, à l’égal de celui d’autres fruits, comme l’avocat, sur lequel vous pouvez trouver plus d’informations dans notre publication précédente.

  • Caractéristiques générales

Au sein du genre Mangifera, seules 3 ou 4 espèces produisent des fruits comestibles, dont la mangue (Mangifera indica L.), une espèce d’arbre appartenant à la famille des cajous, c’est-à-dire appartenant à la même famille que d’autres cultures importantes, comme la pistache, également reconnue comme l’une des cultures les plus rentables pour 2020. Toutes les espèces qui composent cette famille possèdent des canaux résinifères, tant dans le tronc que dans les branches. La résine exsudée peut être utilisée dans la fabrication de caoutchouc et d’isolants, entre autres.

Il peut atteindre jusqu’à 30 m de haut à l’état sauvage, bien que dans les exploitations cultivées, sa hauteur soit limitée afin de faciliter des tâches telles que la récolte, les méthodes de lutte contre les parasites et les maladies et la taille. Quelle que soit la variété, on peut faire une distinction entre les arbres propagés à partir de graines (sexuellement) et ceux propagés par greffage (asexuellement). Les premiers ont un tronc érigé et sont beaucoup plus grands (25-30 m), mais ce n’est qu’à partir de la sixième année qu’ils atteignent un point de production minimum. Dans le second cas, les arbres sont beaucoup plus petits (5-10 m) et peu ramifiés, mais ils commencent à produire à partir de la troisième année. La couronne, en règle générale, tend à atteindre une forme arrondie et symétrique. La croissance des branches se fait par périodes ou cycles appelés flux végétatifs. Les pousses végétatives changent de couleur au fil du temps, passant de tons violets et cuivrés, en raison de l’absence de chlorophylle (aucune activité photosynthétique), à des tons verts clairs et pâles, pour finalement atteindre un ton vert foncé.

Le système racinaire est vigoureux, mais aussi très efficace, avec des développements verticaux et horizontaux pouvant atteindre 10 m de long, un élément clé à prendre en compte dans la conception des plans de fertilisation. Son développement est limité par les conditions environnementales.

La production de fruits chez cette espèce est alternée, de sorte qu’après un ou plusieurs cycles de production optimale, le plus fréquent est une année où le niveau de récolte chute radicalement. L’éclaircissage ou l’enlèvement des fruits n’a pas d’influence sur cette condition. Les causes ne sont pas encore clairement définies, bien qu’il soit établi qu’elle est due au fait que dans les années de faible production, l’arbre profite de la situation pour investir la plupart des nutriments dans la croissance végétative, augmentant également les niveaux de réserves, qui peuvent assurer la floraison et la formation ultérieure de fruits.

  • Conditions environnementales

En ce qui concerne les températures, il est établi qu’elles doivent être, en moyenne, comprises entre 24 et 27 ºC, avec des températures minimales comprises entre 11 et 17 ºC et des températures maximales ne dépassant pas de beaucoup 34 ºC. Plus précisément, la mangue prospère dans les climats aux hivers légèrement froids, aux printemps légèrement chauds et aux étés et automnes chauds. Il est nécessaire qu’il n’y ait pas de grandes variations de température entre le jour et la nuit. Ils ne sont pas non plus très tolérants au gel. Cependant, un arbre bien développé peut supporter des températures aussi basses que -2 °C, à condition que cela ne dure pas longtemps.

L’aire de répartition naturelle se caractérise par une pluviométrie annuelle comprise entre 1500 et 2600 mm, avec une saison sèche qui dure jusqu’à 5 mois. Cela signifie que dans les climats où c’est le cas, il n’est pas nécessaire d’irriguer, contrairement aux régions où les températures sont plus basses et où il n’y a qu’une saison chaude, où l’irrigation doit être plus abondante, car le développement végétatif se produit simultanément avec la fructification. Il s’adapte encore très bien aux conditions de sécheresse, une fois qu’il est bien enraciné. Le stress hydrique est le principal déclencheur de l’induction florale dans les zones tropicales. En résumé, une bonne répartition des précipitations annuelles est préférable à une grande quantité, à condition que les précipitations annuelles minimales soient de 700 mm.

Il pousse mieux dans les sols profonds, c’est-à-dire d’au moins 80 cm de profondeur, avec un bon drainage pour éviter l’engorgement. La capacité de drainage d’un sol est liée à sa structure et à sa teneur en matière organique, qui assure la porosité ou les bonnes proportions d’oxygène et d’eau. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’importance du maintien d’une bonne structure du sol, jetez un coup d’œil à cette publication. Les sols légers qui permettent aux racines de pénétrer, de se fixer et de se développer sont recommandés, avec une texture limono-sableuse ou sablo-argileuse. Le pH doit être compris entre 5,5 et 5,7, bien que la plage de tolérance soit de 4,5 à 7,5.

  • Gestion

Contrairement à ce qui s’est passé avec d’autres cultures, décrites précédemment, comme les pistachiers et les amandiers, dans le cas du manguier il est pratiquement impossible de recourir à la mise en œuvre d’un système d’irrigation sec ou déficitaire, sauf dans les zones où les niveaux de précipitations peuvent assurer le maintien de l’humidité aux moments clés requis par la plante pour une croissance optimale, également associée à un climat avec des températures dans la gamme idéale pour cette espèce. Cela signifie qu’il sera nécessaire de mettre en place des systèmes d’irrigation sur l’ensemble du territoire espagnol, car les zones à températures plus élevées qui peuvent répondre à cette exigence ont des niveaux de précipitations faibles, c’est-à-dire qu’elles ne pourront pas répondre aux besoins en eau des arbres. Étant donné qu’il est essentiel d’éviter l’engorgement continu du sol pour éviter l’asphyxie des racines, ainsi que l’augmentation de l’incidence de certaines pathologies, les systèmes d’irrigation les plus recommandés sont le goutte-à-goutte ou la micro-aspersion, qui permettent d’économiser l’eau, car elle est utilisée plus efficacement. Ils réduisent également l’apparition d’espèces adventices dans les rues entre les arbres, car il s’agit d’un système d’irrigation localisé.

Une fois décidé le modèle à mettre en œuvre (irrigation), il faut concevoir le cadre de plantation, un point décisif, car il aura une grande influence sur le développement correct des arbres. Pour les grandes variétés, la distance entre les arbres doit être de 3 x 5 m, tandis que pour les petites variétés, cette distance peut être réduite à un cadre de plantation de 2,5 x 3 m. Ces distances peuvent être réduites, tant qu’elles ne sont pas trop larges. Ces espacements peuvent être réduits, à condition que le développement de l’arbre ne soit à aucun moment compromis par la concurrence d’un autre arbre pour les ressources.

  • Élagage

La taille est réalisée avec deux objectifs principaux : maintenir un développement harmonieux et équilibré de la canopée, en assurant une incidence uniforme de la lumière solaire sur toutes les parties ; et garantir un équilibre entre les niveaux de production et le développement correct du reste de l’arbre, ainsi que par rapport à la qualité des fruits. Dans cette culture, cinq types de taille peuvent être classés : la taille de formation, la taille d’ouverture, la taille de production, la taille d’équilibrage et la taille de rajeunissement. La taille de formation est celle qui est effectuée dans les premiers stades de la croissance, en déterminant la forme souhaitée de l’arbre, c’est-à-dire qu’elle aide à définir la structure finale de l’arbre. Elle est liée à la taille de l’ouverture centrale, dont le but est d’augmenter la lumière et l’aération à l’intérieur de la canopée. La taille de production vise à améliorer, comme son nom l’indique, les niveaux de production en éliminant les branches âgées, endommagées ou insuffisamment productives et en les remplaçant par des branches plus jeunes. La taille d’équilibre est une taille visant à établir un équilibre entre le développement végétatif et la production de fruits. Enfin, la taille de rajeunissement est une taille au cours de laquelle la majeure partie de l’arbre est coupée, soit parce que la plupart des structures sont affectées par une pathologie, soit en raison du vieillissement. Il n’est pas conseillé de l’effectuer de manière drastique, car cela pourrait causer un stress à l’arbre.

  • Ravageurs et maladies

La mouche des fruits (Ceratitis capitata) : un diptère largement répandu sur tous les continents, et l’un des plus nuisibles à l’économie des vergers. Pendant l’hiver, on trouve la mouche des fruits enfouie dans le sol sous forme de pupes ou de larves, à condition qu’elle puisse obtenir des hôtes qui fructifient en hiver. Dans les climats doux, lorsque l’hiver commence à se terminer, les premières générations d’adultes apparaissent. Après le processus de reproduction, les femelles mordent dans l’écorce du fruit et y déposent leurs œufs. Les larves extraient leur nourriture de la pulpe du fruit, où elles creusent des galeries. En conséquence, les fruits commencent à pourrir et finissent par tomber sur le sol. Une fois que cela se produit, les larves sortent, s’enfoncent dans le sol et se nymphosent dans un puparium brun-rougeâtre. Cette chrysalide est posée à quelques centimètres de profondeur. Lorsqu’ils quittent le fruit, la pourriture se produit à cause des champignons qui pénètrent par les trous faits par les femelles pendant la ponte. La décomposition de la pulpe est ce qui déclenche la chute du fruit.

Cochenille du manguier ou du souchet (Aulacaspis tubercularis) : hémiptère, qui doit son nom à la coloration blanchâtre des colonies mâles. On peut en déduire qu’il existe un dimorphisme sexuel marqué, de sorte que le bouclier du mâle est beaucoup plus allongé et présente des indentations, disposées longitudinalement, blanches et parallèles au corps. La femelle, en revanche, est de forme circulaire et possède un bouclier plat et blanchâtre qui recouvre l’ensemble du corps. De plus, les femelles ne sont pas regroupées, mais sont éparpillées sur les feuilles et les fruits. Ils se concentrent principalement sur les feuilles plus anciennes, notamment celles situées dans les parties les plus ombragées de l’arbre. Il se produit un jaunissement des feuilles, au cours duquel les zones touchées meurent, et les feuilles peuvent même tomber prématurément si l’attaque est très intense. Sur le fruit, il provoque une décoloration des zones attaquées, ce qui entraîne une altération du processus de maturation, ainsi qu’une dépréciation de sa valeur commerciale.

Teigne du citron (Prays citri) : espèce de lépidoptère dont l’adulte est gris avec des taches sombres sur les ailes, bordées de longues franges. Les larves sont blanchâtres ou verdâtres avec une tête brune. Les adultes volent la nuit et au crépuscule, où ils pondent leurs œufs sur les pétales des fleurs encore fermées, ainsi que sur les sépales, les bourgeons ou les petits fruits. On estime qu’ils peuvent avoir jusqu’à 5 générations en un an. Des œufs isolés sont visibles sur les pétales, sous la forme d’une tache blanchâtre. La chenille qui sort de l’œuf pénètre directement dans la fleur, perçant le chorion, se nourrissant de nectar et d’autres substances sucrées. Il est fréquent que les fleurs touchées soient proches les unes des autres, car la chenille les relie au moyen de fils de soie. Les larves peuvent également se nourrir sur les feuilles, en formant des galeries.

Cryptoblabes gnidiella : lépidoptère polyphage avec 3 à 5 générations par an, selon les conditions du milieu et de la plante hôte, voire plus. L’adulte a un corps et des ailes grisâtres foncés, tandis que les chenilles sont de couleur variable, allant du vert au brun, avec une tête et un pronotum brunâtres. L’œuf est de couleur blanchâtre. Les chenilles se réfugient dans le calice et les capuchons floraux de la zone stylaire du fruit, où elles causent les dégâts les plus importants en se nourrissant de l’épiderme, produisant des lésions irrégulières de profondeur variable. Cela provoque une dépréciation commerciale, induisant également une avance dans le processus de maturation, qui peut être associée à une attaque de la mouche des fruits, décrite précédemment. Les fruits attaqués peuvent changer de couleur et tomber au sol prématurément. Il peut également s’attaquer aux fleurs de la culture, dévorant les pétales et les étamines. Il est nocturne et crépusculaire. Pendant l’hiver, on le trouve au stade larvaire sous l’écorce des branches des arbres. Bien que les femelles ne s’accouplent qu’une seule fois, les mâles peuvent s’accoupler plusieurs fois.

Le mélampyre (Cryptoblabes gnidiella) : lépidoptère polyphage avec 3 à 5 générations par an, selon les conditions du milieu et de la plante hôte, voire plus. L’adulte a un corps et des ailes grisâtres foncés, tandis que les chenilles sont de couleur variable, allant du vert au brun, avec une tête et un pronotum brunâtres. L’œuf est de couleur blanchâtre. Les chenilles se réfugient dans le calice et les capuchons floraux de la zone stylaire du fruit, où elles causent les dégâts les plus importants en se nourrissant de l’épiderme, produisant des lésions irrégulières de profondeur variable. Cela provoque une dépréciation commerciale, induisant également une avance dans le processus de maturation, qui peut être associée à une attaque de la mouche des fruits, décrite précédemment. Les fruits attaqués peuvent changer de couleur et tomber au sol prématurément. Il peut également s’attaquer aux fleurs de la culture, dévorant les pétales et les étamines. Il est nocturne et crépusculaire. Pendant l’hiver, on le trouve au stade larvaire sous l’écorce des branches des arbres. Bien que les femelles ne s’accouplent qu’une seule fois, les mâles peuvent s’accoupler plusieurs fois.

Nécrose apicale ou bactérienne (Pseudomonas syringae) : bactérie gram-négative sous forme de bacille, qui possède des flagelles polaires. C’est une espèce capable de causer des dommages à une grande variété de plantes. L’infection se produit lorsque l’agent pathogène est transporté d’un endroit à un autre par l’air ou par des éclaboussures d’eau. Les radiations solaires et les températures élevées ont un effet très négatif, ce qui fait qu’il disparaît pratiquement pendant l’été des feuilles, bien qu’il puisse se réfugier à l’intérieur des bourgeons, déclenchant une nouvelle infection lorsque les conditions sont optimales. L’une des caractéristiques les plus importantes à prendre en compte est qu’il possède une activité de nucléation de la glace, c’est-à-dire qu’il sert de noyau pour la formation de cristaux de glace à des températures plus élevées (-2 ºC). Les symptômes les plus caractéristiques apparaissent sous la forme de taches nécrotiques, qui sont localisées sur les bourgeons végétatifs et floraux, et peuvent s’étendre à d’autres zones de la tige et des feuilles, le long de la nervure médiane. Les panicules des fleurs peuvent également être affectées. On peut observer des gouttelettes d’exsudat blanchâtre sur les bourgeons ou dans la panicule, qui peuvent foncer avec le temps et prendre un aspect résineux. Les fruits ne sont pas endommagés. Dans certains cas, la branche entière peut mourir, ou même l’arbre entier, si l’attaque est très extrême.

Anthracnose (Colletotrichum gloesporioides P.) : champignon pathogène, distribution cosmopolite avec prédominance dans les régions tropicales et subtropicales. Pour que l’infection ait lieu, l’humidité relative ne doit pas être inférieure à 95 %, car à partir de ce moment-là, sa croissance est inhibée. Elle affecte les fruits, les feuilles, les pousses et les fleurs. Sur les fruits, il peut même provoquer leur chute, en formant à leur surface des taches sombres d’aspect irrégulier, qui peuvent se regrouper pour former une seule tache couvrant l’ensemble du fruit. Des infections latentes peuvent se produire sur les fruits mûrs, qui apparaissent pendant le stockage. Des taches brunâtres de forme ovale ou irrégulière apparaissent sur les feuilles, situées à l’apex, au bord ou au centre. Avec le temps, celles-ci peuvent augmenter de taille, donnant lieu à des zones nécrotiques allongées. Dans le cas des branches, des zones nécrotiques commencent à apparaître à l’apex des jeunes pousses, qui finissent par se dessécher. Les arbres les plus jeunes peuvent se dessécher complètement. Enfin, des taches sombres apparaissent sur les fleurs, qui deviennent de plus en plus grandes et peuvent finir par se dessécher et tomber.

Cercospora de la mangue (Cercospora mangifera) : champignon pathogène, dont la présence est favorisée par des températures et une humidité relative élevées, qui encouragent la sporulation. Les spores du champignon sont propagées par le vent ou les éclaboussures d’eau provenant de l’irrigation ou de la pluie. Les vêtements et les outils des travailleurs favorisent également la propagation. Le premier symptôme est une décoloration jaunâtre sur la face arrière de la feuille, qui s’étend pour former une lésion sombre entourée d’un halo jaune. Si la pathologie est très grave, les lésions se rejoignent jusqu’à provoquer l’effondrement total des tissus foliaires. Les zones où apparaissent ces lésions perdent complètement la capacité d’exercer une activité photosynthétique.

Tavelure (Elsinoe mangiferae B.) : champignon qui cause des dommages aux feuilles, aux tiges (branches) et aux fruits. Les symptômes se caractérisent par des taches en relief, ovales à elliptiques, de couleur sombre, entourées d’un halo. Le bord de la feuille est également déformé. Des perforations peuvent apparaître sur les feuilles lorsque les dégâts sont très avancés. En outre, une série de lésions allongées et sombres apparaissent le long de la nervure centrale. De petites lésions ou des croûtes grises peuvent être observées sur les branches. Enfin, sur le fruit, des lésions ou des croûtes grises se développent également sur l’écorce, entraînant des déformations et formant des fissures qui provoquent la pourriture. La surface du fruit présente un revêtement liégeux.

Oïdium de la mangue (Oidium mangiferae B.) : champignon pathogène, qui déclenche une pathologie très courante chez différentes espèces de plantes, affectant les fruits, les fleurs, les pousses tendres des inflorescences et les tiges. Sa présence est observée grâce à la présence d’un tissu mycélien blanc. La surface affectée est entièrement recouverte d’une poudre, composée de millions de spores, qui est ensuite propagée par le vent. En raison de cette capacité de reproduction, il est possible qu’avec seulement quelques fleurs touchées, une dissémination épidémique puisse se produire, affectant toute l’exploitation, à condition que les conditions les plus favorables, notamment une température et une humidité élevées, soient réunies. Si ces facteurs ne sont pas réunis, les conidies du champignon meurent rapidement à cause de la déshydratation. La source de nourriture est constituée par les fleurs, qui finissent par tomber, et les fruits les plus jeunes. Lorsqu’ils sont attaqués à un âge précoce, les fruits ne se développent pas correctement et finissent par tomber eux aussi. Parfois, les attaques peuvent être si graves que la récolte est réduite à néant.

Pourriture du collet (Phytophthora spp.) : genre qui comprend différentes espèces, toutes oomycètes, qui produisent un flétrissement, qui peut rester dans le sol pendant plusieurs années, en l’absence d’hôte, surtout dans les couches les plus superficielles, dans des substrats organiques tels que les restes de plantes et l’humus. Les facteurs les plus favorables à son développement sont les températures élevées et un excès d’eau. En hiver, on le trouve sur les racines, tubercules et bulbes infectés ou dans le sol, sous différentes formes. Il est transmis par le vent et la pluie, ce qui le fait tomber sur le sol, où il se propage, ce qui explique pourquoi il est plus répandu dans les zones irriguées. Il pénètre dans l’hôte à partir de blessures de surface non protégées ou d’ouvertures naturelles. Les symptômes se concentrent sur le collet et les racines principales, qui pourrissent progressivement et l’écorce se déshydrate, prenant une couleur sombre. La maladie progresse relativement facilement et les arbres qui en sont atteints présentent un affaiblissement généralisé, une chute des feuilles, un flétrissement, un mauvais calibre et une mauvaise maturation des fruits, un effondrement et même la mort. Tous ces symptômes dépendent de la gravité et du niveau d’affectation.

Balai de sorcière (Fusarium decemcellulare) : il s’agit d’un champignon pathogène, qui provoque une maladie de grande importance économique, dont l’incidence est plus élevée pendant les mois de forte pluviosité, lorsque la pathologie devient plus évidente. Il est produit en petites colonies sur les tiges et les branches mortes et sa dispersion est favorisée par l’action de différentes espèces d’insectes, de l’air et de l’eau. Les symptômes se manifestent principalement sur les nouvelles pousses, où l’on observe une réduction marquée de la longueur des entre-nœuds et de la surface foliaire. Les pousses étant incapables de s’étendre, elles génèrent une série de déformations, donnant un aspect de balai, qui donne son nom à cette pathologie. Elle se manifeste également par la prolifération des branches, des entre-nœuds courts, des feuilles courtes, écailleuses et anormales, liées à une perte de la dominance apicale. Les plantes de pépinière sont généralement plus vulnérables à cette malformation végétative que les arbres plus développés. Une malformation florale peut également se produire. Pendant l’hiver, les galles se nécrosent et se désintègrent. En outre, en période de sécheresse, la maladie progresse beaucoup plus lentement.

Tavelure (Elsinoe mangiferae B.) : champignon qui cause des dommages aux feuilles, aux tiges (branches) et aux fruits. Les symptômes se caractérisent par des taches en relief, ovales à elliptiques, de couleur sombre, entourées d’un halo. Le bord de la feuille est également déformé. Des perforations peuvent apparaître sur les feuilles lorsque les dégâts sont très avancés. En outre, une série de lésions allongées et sombres apparaissent le long de la nervure centrale. De petites lésions ou des croûtes grises peuvent être observées sur les branches. Enfin, sur le fruit, des lésions ou des croûtes grises se développent également sur l’écorce, entraînant des déformations et formant des fissures qui provoquent la pourriture. La surface du fruit présente un revêtement liégeux.

Oïdium de la mangue (Oidium mangiferae B.) : champignon pathogène, qui déclenche une pathologie très courante chez différentes espèces de plantes, affectant les fruits, les fleurs, les pousses tendres des inflorescences et les tiges. Sa présence est observée grâce à la présence d’un tissu mycélien blanc. La surface affectée est entièrement recouverte d’une poudre, composée de millions de spores, qui est ensuite propagée par le vent. En raison de cette capacité de reproduction, il est possible qu’avec seulement quelques fleurs touchées, une dissémination épidémique puisse se produire, affectant toute l’exploitation, à condition que les conditions les plus favorables, notamment une température et une humidité élevées, soient réunies. Si ces facteurs ne sont pas réunis, les conidies du champignon meurent rapidement à cause de la déshydratation. La source de nourriture est constituée par les fleurs, qui finissent par tomber, et les fruits les plus jeunes. Lorsqu’ils sont attaqués à un âge précoce, les fruits ne se développent pas correctement et finissent par tomber eux aussi. Parfois, les attaques peuvent être si graves que la récolte est réduite à néant.

Pourriture du collet (Phytophthora spp.) : genre qui comprend différentes espèces, toutes oomycètes, qui produisent un flétrissement, qui peut rester dans le sol pendant plusieurs années, en l’absence d’hôte, surtout dans les couches les plus superficielles, dans des substrats organiques tels que les restes de plantes et l’humus. Les facteurs les plus favorables à son développement sont les températures élevées et un excès d’eau. En hiver, on le trouve sur les racines, tubercules et bulbes infectés ou dans le sol, sous différentes formes. Il est transmis par le vent et la pluie, ce qui le fait tomber sur le sol, où il se propage, ce qui explique pourquoi il est plus répandu dans les zones irriguées. Il pénètre dans l’hôte à partir de blessures de surface non protégées ou d’ouvertures naturelles. Les symptômes se concentrent sur le collet et les racines principales, qui pourrissent progressivement et l’écorce se déshydrate, prenant une couleur sombre. La maladie progresse relativement facilement et les arbres qui en sont atteints présentent un affaiblissement généralisé, une chute des feuilles, un flétrissement, un mauvais calibre et une mauvaise maturation des fruits, un effondrement et même la mort. Tous ces symptômes dépendent de la gravité et du niveau d’affectation.

Balai de sorcière (Fusarium decemcellulare) : il s’agit d’un champignon pathogène, qui provoque une maladie de grande importance économique, dont l’incidence est plus élevée pendant les mois de forte pluviosité, lorsque la pathologie devient plus évidente. Il est produit en petites colonies sur les tiges et les branches mortes et sa dispersion est favorisée par l’action de différentes espèces d’insectes, de l’air et de l’eau. Les symptômes se manifestent principalement sur les nouvelles pousses, où l’on observe une réduction marquée de la longueur des entre-nœuds et de la surface foliaire. Les pousses étant incapables de s’étendre, elles génèrent une série de déformations, donnant un aspect de balai, qui donne son nom à cette pathologie. Elle se manifeste également par la prolifération des branches, des entre-nœuds courts, des feuilles courtes, écailleuses et anormales, liées à une perte de la dominance apicale. Les plantes de pépinière sont généralement plus vulnérables à cette malformation végétative que les arbres plus développés. Une malformation florale peut également se produire. Pendant l’hiver, les galles se nécrosent et se désintègrent. En outre, en période de sécheresse, la maladie progresse beaucoup plus lentement.

Recent Posts
Mise en place et développement de cultures exotiquesÉtablissement de la culture de la myrtille
Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.