CULTURES RENTABLES ET EN CROISSANCE : AVOCATS

 In agriculture, agronomie, Articles

L’avocat est aujourd’hui l’un des produits les plus recherchés sur le marché mondial, avec une augmentation de 443 % de la demande dans des pays comme les États-Unis. Son succès est tel qu’il a été surnommé l’or vert, en raison de son prix élevé, qui a atteint des chiffres records ces dernières années. Cependant, cette augmentation a également entraîné une série d’inconvénients, car la culture de l’avocat nécessite de grandes quantités d’eau pour un développement optimal, de sorte que dans les zones où les précipitations ne couvrent pas les besoins en eau de la plante, il faut utiliser des systèmes d’irrigation très abondants, ce qui met en danger les sources d’eau naturelles, surtout dans les endroits où l’eau est une ressource très limitée. En d’autres termes, il s’agit d’une culture qui doit être établie sans compromettre l’environnement.

  • Caractéristiques générales

Bien que la classification taxonomique de l’avocatier ait été discutée pendant une longue période, puisque jusqu’à trois espèces différentes ont été différenciées, il a finalement été établi qu’il s’agit d’une seule espèce, qui est Persea americana Mill. L’avocatier est le seul représentant de la famille des Lauraceae à avoir une grande importance en termes de fruits comestibles. Il s’agit d’une espèce arborescente qui peut atteindre jusqu’à 20 mètres de haut, bien qu’elle reste généralement entre 8 et 12 mètres. Dans les plantations commerciales, la tendance est de ne pas les laisser pousser au-delà de 5 mètres, ce qui facilite les différentes tâches à effectuer, comme la récolte, l’élagage ou la lutte contre les parasites et les maladies.

Le développement du système racinaire de l’arbre dépend du sol sur lequel il se trouve, de sa texture et de sa structure et d’autres facteurs tels que la profondeur effective du sol, ainsi que de la facilité avec laquelle il peut obtenir de l’eau, c’est-à-dire qu’il peut présenter différentes formes. Dans les zones où il pousse à l’état sauvage, on a trouvé un système de type pivot, avec des racines de plus de 2 mètres de profondeur. Cependant, dans les systèmes de culture, les racines sont, en règle générale, moins profondes et la racine principale est donc plus courte et plus faible, comme c’est le cas pour toutes les espèces qui se développent dans des environnements où l’eau est disponible en permanence pendant toute la période végétative. Il a un mode de croissance horizontal, concentré dans les 50 premiers centimètres de profondeur dans le sol. De même, les racines ne possèdent pas de poils absorbants, c’est pourquoi l’absorption de l’eau et des nutriments se fait par les tissus primaires situés à l’extrémité des racines. Il est donc très sensible à l’engorgement, et un bon drainage doit être assuré à tout moment. L’engorgement prolongé du sol le rend également plus vulnérable aux attaques fongiques.

En ce qui concerne la tige, il convient de mentionner que, comme pour les autres espèces de la même famille, elle présente une tige cylindrique épaisse, rainurée verticalement ou, en d’autres termes, avec des fissures verticales. Les arbres qui ont poussé spontanément dans la nature ont une tige centrale clairement définie et érigée, à partir de laquelle les branches latérales se ramifient en alternance. En culture, les arbres présentent des ramifications à partir des parties inférieures, ce qui entraîne une perte de l’axe central de l’arbre.

On peut faire une classification entre les bourgeons apicaux et axillaires, dont les premiers sont les plus importants, car ils sont responsables de la croissance, du développement et de la production de l’avocat, bien que dans certaines conditions, les bourgeons axillaires, dormants jusqu’alors, deviennent actifs et donnent naissance à une nouvelle branche latérale. Les bourgeons reproducteurs ou floraux sont ceux qui formeront les inflorescences.

La coloration des feuilles varie, non seulement selon la variété, mais aussi selon le stade de développement de la variété. Cela signifie que les couleurs rougeâtres caractéristiques des premiers stades évoluent avec le temps vers le vert foncé.

Les fleurs sont hermaphrodites, c’est-à-dire que la même fleur contient à la fois des organes mâles et femelles. Afin d’éviter l’autofécondation, les organes sont fonctionnels à des moments différents.

  • Conditions environnementales

L’avocat est une culture hautement héliophile, ce qui signifie qu’une exposition totale à la lumière du soleil est nécessaire pour assurer des niveaux élevés de production. Bien qu’il s’agisse d’un facteur clé, les températures ne doivent jamais dépasser 36 °C, car cela peut causer des dommages considérables, notamment au niveau de la fertilisation et de la nouaison des fruits. Il s’agit également d’une espèce ayant une faible tolérance au gel, malgré cela elle a besoin d’une période froide pendant l’hiver, avec des températures autour de 10 ºC, afin de stimuler l’induction de la fleur. Dans les climats où les températures printanières et estivales ne sont pas excessivement élevées, la phase de fructification peut être prolongée, prolongeant ainsi la période de récolte. En résumé, les conditions idéales sont établies dans des températures moyennes annuelles comprises entre 14 et 24 ºC, avec des températures diurnes entre 20 et 30 ºC et des températures nocturnes entre 10 et 20 ºC.

Une pluviométrie de 1000 à 2000 millimètres est également requise, convenablement répartie tout au long de l’année, et un système d’irrigation est nécessaire si cette exigence n’est pas satisfaite afin de couvrir les besoins en eau. Une sécheresse prolongée entraîne la chute des feuilles, ce qui réduit le taux de photosynthèse et diminue les rendements. Cependant, l’engorgement prolongé, comme mentionné ci-dessus, peut également avoir des conséquences graves.

Cette espèce est très sensible au vent, qui provoque des dégâts importants, avec des chutes de branches, de fleurs et de fruits, ainsi que des blessures dues au frottement entre les fruits et les branches. Par conséquent, la zone de culture doit être abritée ou bien des brise-vent doivent être installés.

Les meilleurs sols pour la culture de l’avocat sont ceux qui ont un bon drainage, évitant l’accumulation d’eau dans la zone des racines, c’est-à-dire qu’il peut s’adapter à une large gamme de sols. Malgré tout, il est préférable d’opter pour des sols de texture moyenne, comme les sols de type loam sableux, entre autres. La capacité de drainage d’un sol est liée à sa structure et à sa teneur en matière organique, qui assure la porosité ou les bonnes proportions d’oxygène et d’eau. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’importance de maintenir une bonne structure du sol, consultez cette publication.

  • Gestion

Contrairement aux cultures décrites dans les publications précédentes de la série « cultures rentables et croissantes », pistachiers et amandiers, dans le cas de l’avocatier il est très difficile de recourir à un système d’irrigation sec ou déficitaire, à moins que les niveaux de précipitations puissent assurer un maintien continu de l’humidité nécessaire à la plante pour son développement optimal, associé également à un climat avec des températures dans la gamme idéale pour cette espèce. Cela signifie que dans toute l’Espagne, il sera nécessaire de mettre en place un système d’irrigation, car les zones à température plus élevée qui peuvent répondre à cette exigence sont des lieux à faible pluviométrie, qui ne pourront pas répondre aux besoins en eau de la plante. Étant donné qu’il faut éviter l’engorgement continu du sol, les systèmes d’irrigation les plus recommandés sont le goutte-à-goutte ou la micro-aspersion, qui permettent une utilisation plus efficace de l’eau. Ils réduisent également l’apparition d’espèces adventices car il s’agit d’un système d’irrigation localisé.

Une fois décidé le modèle à mettre en œuvre (irrigation), il faut concevoir le cadre de plantation, qui est un point décisif, car il aura une grande influence sur le développement correct des arbres. En Amérique du Sud, le cadre de plantation traditionnel est de 8 x 8 mètres, 8 x 10 mètres et même 10 x 10 mètres. Cette largeur est due au fait qu’ils ne maintiennent pas un axe central d’où partent les ramifications, mais, grâce à la taille, ils maintiennent différents axes latéraux, qui sont amenés à croître horizontalement, ce qui rend nécessaire une grande distance entre les différents arbres. Cependant, dans les cultures plus intensives, les distances peuvent être réduites à 6 x 4 mètres, et peuvent être réduites à 5 x 2 mètres, sans compromettre les niveaux de production.

  • Élagage

La taille est réalisée avec deux objectifs principaux : maintenir un développement harmonieux et équilibré de la canopée, en assurant une incidence uniforme de la lumière solaire sur toutes les parties ; et garantir un équilibre entre les niveaux de production et le développement correct du reste de l’arbre, ainsi que par rapport à la qualité des fruits. Dans cette culture, trois types de taille peuvent être classés : la taille de formation, la taille de production et la taille de rajeunissement. La taille de formation est effectuée dans les premiers stades de la croissance, en déterminant la forme souhaitée de l’arbre, c’est-à-dire qu’elle aide à définir la structure finale de l’arbre. Comme son nom l’indique, la taille de production vise à améliorer les niveaux de production en éliminant les branches anciennes, endommagées ou insuffisamment productives et en les remplaçant par des branches plus jeunes. Enfin, la taille de rajeunissement, qui consiste à couper la majeure partie de l’arbre, soit parce que la plupart des structures ont été affectées par une pathologie, soit en raison du vieillissement. Il n’est pas conseillé de l’effectuer de manière drastique, car cela pourrait causer un stress à l’arbre.

  • Ravageurs et maladies

Tétranyque cristallin (Oligonychus perseae) : acarien qui est l’un des ravageurs les plus importants de la culture de l’avocat. Les adultes, de couleur jaune verdâtre, ont un corps ovale et un abdomen pointu, tandis que les œufs sont de forme sphérique et de couleur jaune pâle. Il est possible de distinguer cinq stades de développement : l’œuf, la larve, la protonymphe, la deutonymphe et l’adulte, chacun pouvant se trouver simultanément dans le même nid. La durée de leur cycle, du stade de l’œuf à celui de l’adulte, varie en fonction de la température. Le processus d’alimentation s’effectue en colonies ou en nids, c’est-à-dire protégés sous une toile d’araignée dense, disposés dans des zones proches de la nervure centrale et des zones secondaires sur la face inférieure des feuilles. Il en résulte une série de décolorations circulaires brunâtres, que l’on peut voir sur la face supérieure des feuilles si elles sont très importantes. Ces feuilles finissent par tomber, exposant le fruit, ce qui augmente le risque de brûlure en raison de l’exposition continue au soleil.

Cochenille pyriforme

(Protopulvinaria pyriformis) : espèce d’homoptère, facilement reconnaissable grâce à l’aspect caractéristique des adultes, ressemblant à un bouclier plat, en forme de cœur, dont la surface présente des tons brunâtres, avec quelques teintes violettes. Sous le bouclier se trouvent des sécrétions cireuses, où sont pondus les œufs jaunes et elliptiques. Bien que son apparence la fasse paraître impossible, elle est mobile à tous les stades. C’est au printemps que la femelle pond ses œufs sous son propre bouclier, sans avoir besoin d’un mâle pour la féconder. Les nymphes sortent des œufs, et après environ deux jours, elles émergent et s’installent sur la face inférieure des feuilles, dans les zones proches de la nervure centrale. Après un certain temps, les nymphes se transforment en adultes. On constate un affaiblissement général de la plante dû à la succion de la sève. La sécrétion de miellat favorise l’arrivée du champignon noir à la surface des feuilles, provoquant une diminution du taux de photosynthèse.

Cochenille de l’avocat (Nipaecoccus nipae) : pseudocoque polyphage, avec dimorphisme sexuel, dont les femelles ont une forme ovale et allongée, avec des tons rosés ou marrons, avec une série de cônes cireux, de couleur blanchâtre, sur leur surface, qui leur donnent un aspect très curieux. En raison de la présence de ces protubérances à sa surface, il est également connu sous le nom de cochenille. Les mâles sont de forme plus oblongue et de taille plus petite que les femelles. Elle entraîne un affaiblissement de la plante, l’apparition de moisissures noires sur les feuilles et les fruits, et peut même provoquer la mort de l’arbre chez les jeunes plantes, plus occasionnellement. La présence de miellat attire également les fourmis, qui facilitent la dispersion du ravageur, entravant également l’action des ennemis naturels, c’est-à-dire rendant son éradication plus difficile.

Punaise des neiges (Aulacaspis tubercularis) : hémiptère nommé d’après la coloration blanchâtre des colonies mâles. On peut en déduire qu’il existe un dimorphisme sexuel marqué, de sorte que le bouclier du mâle est beaucoup plus allongé et présente des indentations blanches disposées longitudinalement, parallèlement au corps. La femelle, en revanche, est de forme circulaire et possède un bouclier plat et blanchâtre qui recouvre l’ensemble du corps. De plus, les femelles ne sont pas regroupées, mais sont éparpillées sur les feuilles et les fruits. Ils se concentrent principalement sur les feuilles plus anciennes, notamment celles situées dans les parties les plus ombragées de l’arbre. Il se produit un jaunissement des feuilles, au cours duquel les zones touchées meurent, et les feuilles peuvent même tomber prématurément si l’attaque est très intense. Sur le fruit, il provoque une décoloration des zones attaquées, ce qui entraîne une altération du processus de maturation, ainsi qu’une dépréciation de sa valeur commerciale.

Thrips (Heliothrips haemorrhoidalis) : insectes appartenant à l’ordre des Thysanoptères, de petite taille, qui au stade adulte présentent des tonalités avec des changements dans l’abdomen, du jaune au finalement noir et effectuent rarement un vol, raison pour laquelle il est établi qu’ils sont lents dans tous leurs stades. La présence de thrips est généralement associée à la germination végétative, à la floraison et à la nouaison. La dynamique de leur population est également influencée par le climat, les pratiques de gestion et les cultures que l’on peut trouver dans les zones voisines. Pendant la saison hivernale, cette espèce reste sous forme d’œufs, d’où sortira une larve vers le début du mois de février. Ces œufs sont pondus individuellement sur les faces supérieure et inférieure des feuilles ou insérés dans le fruit. Les dégâts causés par ce ravageur s’observent sur le feuillage, où une série de décolorations commencent à apparaître le long du nerf principal des feuilles. Plus tard, ils souffrent de chlorose, accompagnée de cicatrices fragiles. Dans les tiges plus tendres, les dommages sont liés à un allongement et à une déformation des tiges. Si l’attaque se produit pendant la floraison, elle provoque l’avortement des fleurs, ce qui entraîne une diminution des niveaux de production. Les dommages subis par le fruit n’affectent que sa qualité esthétique.

Mildiou de l’avocat (Phytophthora spp.) : genre comprenant différentes espèces, toutes oomycètes, qui provoquent des flétrissements et peuvent se maintenir dans le sol pendant plusieurs années en l’absence d’hôte, surtout dans les couches les plus superficielles, dans des substrats organiques tels que les débris végétaux et l’humus. Les facteurs les plus favorables à son développement sont les températures élevées et un excès d’eau. En hiver, on le trouve dans les racines, tubercules et bulbes infectés ou dans le sol, sous différentes formes. Il est transmis par le vent et la pluie, qui le font tomber sur le sol, où il se propage. Il pénètre dans l’hôte à partir de blessures de surface non protégées ou d’ouvertures naturelles. Les symptômes se concentrent sur le collet et les racines principales, qui pourrissent progressivement et l’écorce se déshydrate, prenant une couleur sombre. La maladie progresse relativement facilement et les arbres qui en souffrent présentent un affaiblissement généralisé, une chute des feuilles, un flétrissement, une taille et une maturation médiocres des fruits, un effondrement et même la mort. Tous ces symptômes dépendent de la gravité et du niveau d’affectation.

Verticillium (Verticillium sp.) : maladie provoquée par l’action du champignon pathogène qui lui donne son nom, qui entraîne une décoloration et un enroulement des feuilles. Elle peut même entraîner la mort de l’arbre, car ses branches se dessèchent progressivement. La transmission peut se faire entre des arbres de la même espèce ou par contagion à travers un hôte, comme les espèces adventices et d’autres espèces cultivées dans des zones voisines. Le champignon infecte l’arbre par les racines, en profitant des lésions à la surface de l’arbre causées par les travaux effectués par l’agriculteur ou par l’action d’autres êtres vivants, comme les insectes ou les nématodes. Une fois qu’il a atteint l’intérieur, le mycélium du champignon se propage relativement rapidement dans le système vasculaire, en provoquant une réaction aux substances visqueuses produites par l’agent pathogène, qui obstruent les vaisseaux conducteurs.

Gale (Sphaceloma perseae) : champignon pathogène dont les colonies sont variables, du blanc grisâtre au gris, et qui foncent avec le temps. Il s’attaque principalement aux fruits, aux feuilles et aux branches les plus jeunes de l’arbre. Une série de lésions brunes apparaissent sur le fruit, d’aspect similaire à celui du liège, qui peuvent finir par coalescer et recouvrir l’ensemble du fruit. L’entrée du champignon dans le fruit est associée à des attaques d’insectes, de rongeurs ou de coups, bien que les dégâts ne se produisent généralement qu’à la surface du fruit, c’est-à-dire sur le péricarpe et non sur la pulpe. Sur les feuilles, des taches individuelles bien définies apparaissent, qui peuvent même conduire à des malformations sur les feuilles, lorsque l’attaque est très sévère. Des lésions allongées et légèrement proéminentes apparaissent sur les branches. Une humidité relative et des températures élevées sont nécessaires pour un bon développement.

Nécrose apicale (famille des Botryosphaeriaceae) : regroupe de nombreuses espèces de champignons ascomycètes, qui sont morphologiquement similaires et ne peuvent être différenciées qu’en appliquant des techniques de biologie moléculaire. Les symptômes les plus significatifs de cette pathologie sont le dépérissement vers le bas ou la nécrose des branches et le chancre des branches. Dans le premier cas, les branches sont nécrosées à partir de l’apex et la nécrose progresse progressivement vers le bas, entraînant le dessèchement des feuilles et des inflorescences. Dans les chancres apparaît une exsudation qui finit par se transformer en une poudre blanchâtre à jaunâtre, ainsi qu’une écorce fissurée, qui peut aussi être de couleur sombre et même s’enfoncer. Enfin, il convient de mentionner la pourriture des fruits, qui ne devient visible qu’après la récolte, c’est-à-dire lorsque le fruit commence à mûrir pendant la période post-récolte. Parfois, les arbres peuvent rester asymptomatiques pendant de longues périodes, sans l’apparition des symptômes caractéristiques de cette pathologie.

Galles (Agrobacterium tumefaciens) : une protéobactérie, également appelée Rhizobium radiobacter, qui déclenche la formation de tumeurs appelées galles, qui se développent principalement dans la zone de jonction entre les racines et la tige, c’est-à-dire dans le collet. Le pathogène atteint les petites blessures par lesquelles il entre, guidé par les phénols expulsés par la plante. Il peut survivre dans le sol en tant qu’organisme saprophyte pendant des années, se nourrissant de diverses matières en décomposition. En automne et en hiver, son activité cesse, pour reprendre lorsque les conditions sont plus favorables. Les symptômes de cette maladie font qu’elle peut être confondue avec des dommages causés par des maladies des racines dues à des champignons, comme Armillaria mellea, ou dus à des carences nutritionnelles. Les seuls symptômes externes que l’on peut observer sont autour du col. L’affaiblissement progressif de l’arbre est lié à la difficulté de circulation de la sève, qui peut même entraîner la mort de la plante. Les pertes les plus importantes se produisent dans les pépinières, car les jeunes plants sont beaucoup plus vulnérables.

Recent Posts
Mise en place et développement des cultures d'amandesÉtablissement et développement des cultures de bleuets
Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.