LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE (PAC) : HISTOIRE ET APPLICATIONS

 In agriculture, agronomie, Articles

Introduction

Il y a actuellement 10 millions d’exploitations agricoles dans l’Union européenne, avec un total de 22 millions de personnes travaillant dans ce secteur. En d’autres termes, l’espace rural et les ressources naturelles offrent une grande variété d’emplois qui leur sont liés : machines, bâtiments, carburant, engrais, soins vétérinaires aux animaux, etc. Il existe un certain nombre d’activités en aval, notamment la préparation, la transformation et le conditionnement des aliments, le stockage et le transport. En raison du nombre d’exploitations agricoles présentes sur le territoire, l’UE occupe l’une des premières places en ce qui concerne la production et l’exportation mondiales de produits agroalimentaires.

L’un des principaux défis auxquels l’agriculture est confrontée est la nécessité de garantir, à tout moment, un équilibre entre la production alimentaire et le maintien des écosystèmes et des ressources naturelles, en évitant un déclin et en assurant la préservation de la biodiversité de l’environnement.

La PAC (politique agricole commune) de l’Union européenne, tant pour le secteur agricole que pour le secteur de l’élevage, a été créée en 1962 dans le but de coordonner les différentes politiques agricoles de chacun des États membres. Son objectif principal, en termes généraux, est de se rapprocher d’un marché commun, tout en parvenant à protéger un secteur vulnérable contre l’action de divers facteurs externes, tels que le climat. L’une de ses principales lignes de travail repose sur la promotion de la productivité par une série d’améliorations techniques, qui garantissent les niveaux de production et, par conséquent, l’approvisionnement en matières premières dans tous les pays européens. Ses objectifs consistent également à contribuer à la lutte contre le changement climatique et à la gestion durable des ressources naturelles, à la conservation des paysages et des zones rurales sur l’ensemble du territoire et au maintien de l’économie rurale, en favorisant l’emploi dans l’agriculture, les industries agroalimentaires et les secteurs associés.

Elle vise également à défendre les intérêts des consommateurs et des producteurs en régulant l’offre et la demande et en stabilisant les prix par l’application de mesures telles que l’achat de la production excédentaire. Pour les producteurs, la PAC offre des aides directes et des financements pour certains projets de développement de l’économie rurale.

Le budget de la PAC est réparti entre deux fonds appartenant à la Commission européenne, à savoir le Fonds européen agricole de garantie (FEAGA), qui soutient directement les agriculteurs en finançant des mesures visant à stabiliser le marché, et le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), qui est davantage lié aux projets de développement rural. L’agriculture et la protection des consommateurs ou l’environnement étant des compétences partagées entre l’UE et les différents États membres, Bruxelles a la priorité dans la prise de décision, qu’elle peut déléguer aux gouvernements locaux dans certaines situations. Bien que les paiements soient effectués par la Commission, ce sont les États membres qui sont responsables du transfert des aides aux projets individuels.

La Commission consulte régulièrement les groupes de dialogue civil et les comités agricoles, ce qui permet d’élaborer de meilleures politiques et réglementations pour le secteur, adaptées à la situation du moment. Parmi les groupes d’experts qui fournissent une expertise, citons l’Agricultural Market Task Force (AMTF), qui s’occupe des pratiques commerciales déloyales. En ce qui concerne les propositions de nouvelles législations, elle réalise des analyses d’impact, qui examinent la nécessité des mesures ainsi que l’impact potentiel de leur mise en œuvre.

Elle publie régulièrement des sondages d’opinion, connus sous le nom d’Eurobaromètre, sur des questions concernant les Européens, l’agriculture et la PAC, obtenant ainsi des informations très pertinentes sur la perception de la PAC et de ses actions par le public, telles que le soutien apporté, les résultats, la qualité et les questions environnementales.

Histoire

La PAC est apparue après la Seconde Guerre mondiale, dans un environnement économique marqué par des pénuries alimentaires, qui ont justifié la nécessité de mettre en place une politique interventionniste et productiviste, pour tenter d’assurer à la société un approvisionnement alimentaire total à des prix abordables, tout en garantissant un niveau de vie adéquat à la population rurale dédiée à la production agricole. Pour toutes ces raisons, la PAC s’est principalement concentrée sur la mise en place de mesures de politique des prix et du marché, dont les résultats ont été observés au cours des décennies suivantes, transformant une situation déficitaire en une situation excédentaire.

Dans les années 1980, les dépenses agricoles, en raison du coût des excédents, explosent. L’application de mesures d’intervention, y compris l’aide au stockage privé, les achats publics et les subventions à l’exportation, afin d’écouler tous les excédents de production sur le marché international, a été la plus coûteuse de toutes. C’est pourquoi la première grande réforme de la PAC a été déclenchée en 1992 (la réforme McSharry), qui visait à atténuer les déséquilibres entre l’offre et la demande et les dépenses agricoles croissantes. Les principaux changements apportés ont été le début de la transition d’une aide liée à la production vers une aide au revenu des agriculteurs, par le biais de paiements à l’hectare ou à la tête de bétail dans le cas des exploitations d’élevage, et la mise en place de mesures pour l’amélioration des structures agricoles.

Les crises alimentaires des années 1990, l’élargissement des PECO et la conférence de Cork sur le développement rural ont été les déclencheurs d’une nouvelle réforme, l’Agenda 2000, qui a permis de progresser dans la mise en place d’une aide directe au revenu, de réduire les prix institutionnels, d’accroître la compétitivité de l’agriculture européenne et de faire de la politique de développement rural le deuxième pilier de la PAC.

En septembre 2003, l’Union européenne a consolidé un nouveau système d’aide directe aux agriculteurs, connu sous le nom de paiement unique. Selon ce système, les agriculteurs se voient attribuer des droits à l’aide, qui sont calculés sur la base des aides reçues au cours d’une période prise comme référence, indépendamment des niveaux de production qui seront atteints à l’avenir. En Espagne, cette réforme n’est arrivée qu’en 2006 et visait à minimiser les risques de découplage des aides dont l’activité de production pouvait être affectée à un moment donné.

De nouvelles réformes ont été introduites en 2008 et 2013. La première a été proposée en raison de la nécessité d’assurer une plus grande légitimité sociale à l’aide, ainsi qu’une gestion plus efficace des ressources budgétaires. Des progrès continuent d’être réalisés dans l’introduction de nouveaux défis qui tiennent compte de facteurs tels que le changement climatique, la biodiversité, l’énergie et la gestion de l’eau. La réforme de juin 2013, qui a été présentée par la Commission sous le titre « La PAC à l’horizon 2020 : relever les défis des ressources alimentaires, naturelles et territoriales » en novembre 2010, fixe de nouveaux objectifs pour mieux cibler le soutien aux agriculteurs actifs, tout en accordant une plus grande importance aux aspects environnementaux, en établissant des paiements spécifiques qui y sont liés. Ces aides liées à la préservation de l’environnement ont été baptisées « verdissement » et sont perçues en plus du paiement de base, c’est pourquoi elles peuvent être considérées comme un complément à l’aide de base. Pour bénéficier de cette subvention, les agriculteurs ayant droit à un paiement au titre du régime de base doivent respecter une série d’exigences sur tous leurs hectares éligibles, à savoir trois pratiques environnementales : la diversification des cultures, l’entretien des pâturages permanents existants et la création de zones d’intérêt écologique dans les exploitations. Vous trouverez une publication sur ce sujet dans notre blog.

Application

Tout d’abord, nous tenons à souligner que, bien que pour cette année la date limite de demande d’aide ait été fixée du 1er février 2020 au 30 avril, en raison de la situation actuelle, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation a reporté la date limite au 15 mai, afin de faciliter au maximum la présentation de la demande. Toutefois, les candidatures seront acceptées jusqu’à 25 jours civils après la date limite. Toutefois, sauf cas de force majeure et circonstances exceptionnelles, en cas de retard, les montants seront réduits de 1% pour chaque jour ouvrable après la date limite. Si le délai dépasse cette période, la demande est considérée comme irrecevable dès le départ. Les causes de force majeure ou les circonstances exceptionnelles d’application sont notamment les suivantes :

  • Décès du bénéficiaire ou disparition du bénéficiaire.
  • Incapacité de travail de longue durée du bénéficiaire.
  • Catastrophe naturelle grave ou phénomène météorologique défavorable comparable à une catastrophe naturelle ayant gravement affecté les terres agricoles ou forestières de l’exploitation, reconnu par l’autorité compétente.
  • Destruction accidentelle des bâtiments d’élevage de l’exploitation.
  • Epizootie, reconnue par l’autorité compétente, qui a affecté une partie ou la totalité du bétail de l’exploitation du bénéficiaire.
  • Organisme nuisible ou maladie des plantes causée par des micro-organismes pathogènes ou des facteurs environnementaux, reconnus par l’autorité compétente, qui a affecté une partie ou la totalité des cultures de l’exploitation ou, le cas échéant, du boisement du bénéficiaire.
  • Circonstances exceptionnelles liées à la conception du programme national de promotion d’activités agricoles spécifiques apportant de plus grands bénéfices agro-environnementaux dans certaines espèces du secteur des fruits à coque établi en 2013 dans le décret royal 202/2012, du 23 janvier, qui ont empêché la perception de ces aides au cours de cette année en raison de l’existence d’une exigence de rotation des parcelles qui empêchait la demande de ces aides sur certaines zones de cette campagne.
  • Expropriation de la totalité ou d’une partie importante de l’exploitation, si cette expropriation n’était pas prévisible le jour de l’introduction de la demande.

Toutes les informations relatives à la présentation de ces demandes au sein de la Communauté de Castille et Léon sont présentées ci-dessous.

Les aides, paiements et procédures suivants sont appelés pour la campagne 2020/2021 :

  • Aides agro-environnementales, agriculture biologique, aides aux zones de montagne et à l’entretien des zones forestières.
  • Paiements directs à l’agriculture et à l’élevage.
  • Demande de transfert des droits à paiement de base.
  • Demande de droits à paiement de base à la réserve nationale.
  • Demande de modification du SIGPAC.
  • Sélection des utilisateurs du système de conseil de Castilla y León pour la campagne agricole 2019/2020.
  • Mise à jour du registre des exploitations agricoles de Castille et Léon.

Les personnes qui peuvent demander tous les éléments susmentionnés sont les titulaires d’exploitations agricoles situées dans la communauté de Castille-et-León, pour autant qu’elles disposent d’unités de production éligibles aux aides directes de la politique agricole commune, financées par les fonds du FEAGA, ainsi qu’aux aides assimilées au système intégré de gestion et de contrôle financées par les fonds du FEADER.

Le titulaire de l’exploitation est seul responsable de la véracité des informations déclarées dans sa demande, à tous égards et notamment en ce qui concerne l’éligibilité à l’aide, la situation pour le respect des exigences de l’agriculteur actif et l’exercice de l’activité agricole. En cas de non-respect, des sanctions seront appliquées comme prévu dans le système intégré de gestion et de contrôle de la réglementation communautaire.

La demande unique pour 2020 comprend la demande pour le paiement de base, le paiement pour les pratiques bénéfiques pour l’environnement et le paiement pour les jeunes agriculteurs. Les paiements associés pour les agriculteurs concernent les protéagineux, les fruits à coque et les caroubes, les légumineuses de qualité et, enfin, les betteraves à sucre. Les éleveurs comprennent les éleveurs de bovins, de vaches allaitantes, de vaches laitières et d’engraissement, d’ovins et de caprins, ainsi que les agriculteurs bénéficiant de droits spéciaux en 2014 sans hectares admissibles.

Les producteurs dont les exploitations agricoles sont situées en Castille-et-León présentent une demande d’aide unique (« solicitud única »), qui doit être adressée au directeur général de la politique agricole communautaire, conformément aux modèles de formulaires figurant à l’annexe 1 du rapport « Convocatoria : orden de 28 de enero de 2020, de la Consejería de Agricultura, Ganadería y Desarrollo Rural (Extracto publicado en BOCyL 31-1-2020) », au siège électronique de la Junta de Castilla y León. Les titulaires de surfaces forestières de la mesure d’investissements dans le développement des surfaces forestières sur la période 2014-2020 qui souhaitent solliciter une aide au maintien du boisement déposent la demande unique mentionnée ci-dessus adressée au directeur général des politiques du patrimoine naturel et forestier. Cette demande unique doit comprendre :

  • Communications du transfert des droits au paiement de base, le cas échéant.
  • Demande de droits de paiement de base à la réserve nationale, le cas échéant.
  • Demande de modification du SIGPAC, le cas échéant.
  • Demandes de développement rural pour les engagements acquis dans une communauté autonome autre que Castilla y León.
  • Communication de la mise à jour des données au registre des exploitations agricoles de Castille-et-León, le cas échéant.
  • Demande de prestation de services de conseil.
  • Demande de bénéficier de la dérogation relative à la diversification des cultures, le cas échéant.
  • Renonciation expresse à la modification de la durée de validité du contrat de la mesure agroenvironnementale et climatique ou d’agriculture biologique signée en 2015, consistant en la prolongation de deux ans ou plus, comme établi dans la résolution du 23 mai 2019, de la Direction générale de la politique agricole communautaire (BOCyL n° 99, du 27 mai).

Lorsque la demande est soumise par voie électronique, elle doit être signée par le producteur. Toutefois, le demandeur ou son représentant peut autoriser une autre entité à signer électroniquement la demande, à condition que ces entités notifient préalablement leur autorisation à ce titre via l’application informatique « gestion des utilisateurs externes du service d’information ». La présentation télématique de la demande, ainsi que du reste de la documentation qui sera numérisée et fournie sous forme de fichiers joints à celle-ci, ne portera pas préjudice à la possibilité pour l’administration d’exiger de l’intéressé qu’il présente le document ou l’information originale dans les termes établis par la réglementation de base de la procédure administrative commune. En résumé, les demandes présentées de cette manière produiront les mêmes effets juridiques que celles présentées en personne conformément aux règles régissant la procédure administrative commune. Le registre électronique émettra un reçu confirmant la réception de la documentation correspondante, consistant en une copie de celle-ci, qui comprendra à son tour la date, l’heure et le numéro d’enregistrement. La non-réception du message de confirmation ou l’apparition d’un message d’erreur signifie que le reçu n’a pas été reçu correctement, et que la soumission doit être refaite à un autre moment.

Pour plus d’informations, veuillez visiter le bureau électronique de la Junta de Castilla y Leon, que vous pouvez trouver au lien dans l’image.

Recent Posts
Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.